Pierre Bourdieu, in Pour un mouvement social européen,
Le Monde Diplomatique, juin 1999 — Pages 1, 16 et 17, aussi in Contre-feux 2, Raisons d'agir, 2001, p. 13-23

"L'histoire sociale enseigne qu'il n'y a pas de politique sociale sans un mouvement social capable de l'imposer ( et que ce n'est pas le marché, comme on tente de le faire croire aujourd'hui, mais le mouvement social qui a « civilisé » l'économie de marché, tout en contribuant grandement à son efficacité ). En conséquence, la question, pour tous ceux qui veulent réellement opposer une Europe sociale à une Europe des banques et de la monnaie, flanquée d'une Europe policière et pénitentiaire ( déjà très avancée ) et d'une Europe militaire ( conséquence probable de l'intervention au Kosovo ), est de savoir comment mobiliser les forces capables de parvenir à cette fin et à quelles instances demander ce travail de mobilisation. "


jeudi 16 février 2017

Michel Dreyfus, Histoire de l’économie sociale. De la Grande Guerre à nos jours

Michel Dreyfus
Histoire de l’économie sociale
De la Grande Guerre à nos jours
P.U.Rennes
Économie, gestion et société
2017

Table des matières

Présentation de l'éditeur
La rédaction de la loi sur l’économie sociale et solidaire (2014) a suscité de nombreux débats qui montrent la difficulté à définir cette notion. L’économie sociale prend son envol à la fin des années 1970, puis l’économie sociale et solidaire émerge deux décennies plus tard. Elles reposent sur trois mouvements fort anciens : les sociétés de secours mutuels et les coopératives apparues dans les années 1830, ainsi que les associations à la fin du xix e siècle. Mutuelles et coopératives commencent alors à se structurer à l’échelle nationale ; de leur côté, les associations restent dispersées. Ces trois mouvements n’ont aucun lien à l’heure où la notion d’économie sociale, défendue par des penseurs les plus divers, progresse. 
Mais la Grande Guerre introduit une rupture : l’économie sociale disparaît complètement de la scène. Dès lors, associations, coopératives et mutuelles poursuivent leur développement avec discrétion, au moment où l’État joue un rôle croissant dans l’économique et le social. Les trois mouvements restent à l’arrière-plan de la scène à la Libération et durant les Trente Glorieuses ; ils n’en continuent pas moins leur marche en avant. Puis on assiste au retour de l’économie sociale en raison du rapprochement esquissé à partir des années 1970 entre les trois mouvements. Le recul de l’État, sensible une décennie plus tard, favorise cette évolution qui va se poursuivre jusqu’à nos jours. 
Ce livre retrace l’histoire de ces trois mouvements ainsi que celle, beaucoup plus récente, des fondations, quatrième composante de l’économie sociale et solidaire, et étudie les modalités de leur rapprochement à la veille de l’arrivée de la gauche au pouvoir, en 1981. Il décrit leur implantation dans différents groupes sociaux et professionnels et examine les modalités de leur rapport au politique qui se pose tout au long de cette histoire. Il s’interroge enfin sur le projet de l’ESS aujourd’hui : prend-elle en charge des besoins sociaux que l’État est de moins en moins capable d’assumer ou bien esquisse-t-elle un autre modèle de société ?
Historien, directeur de recherche émérite au CNRS (Centre d’histoire sociale du XXe siècle – université de Paris 1), Michel Dreyfus a publié de nombreux ouvrages sur l’histoire du mouvement ouvrier et celle de la Mutualité.

Aucun commentaire: